Découverte : pilote de Drone

Hello à tous,

Petit focus sur la société Mistral Drone, qui a effectué des vidéos drone du RallyCircuit 2021.


1/ Bonjour, présentez-vous ?

Bonjour, je suis David Aspen, créateur de la Team Mistral FPV et maintenant, dirigeant de Mistral Drone.

Passionné d’automobile depuis mon plus jeune âge, j’ai la chance de travailler régulièrement dans ce milieu avec mes compétences en prise de vue.

J’ai débuté le drone en 2013. Au départ, ce qui était la découverte d’une nouvelle technologie et un hobby a vite dérivé sur un passe-temps chronophage, parce que passionnant et m’a emmené là ou je n’aurais jamais pensé aller.

Avec mon ami d’enfance Krys, nous avons participé à beaucoup de courses de drone et avons été parmi les pionniers en France. Ceci nous a permis de nous qualifier pour le World Drone Prix de Dubai en 2016, et c’est là-bas que tout a changé. En rencontrant les meilleurs pilotes du monde, nous avons compris que l’engouement était réél et qu’on pouvait certainement tirer notre épingle du jeu.

En 2017, j’ai pris un tournant dans ma vie en devenant télépilote professionnel et depuis, j’ai la chance de vivre de ma passion.

J’ai découvert le côté « artistique » par hasard, en travaillant sur un clip d’un artiste local, ce qui m’a ouvert beaucoup de portes dans le domaine musical. 
J’ai donc réalisé des images pour les clips de Jul, SCH, Ninho, Booba, Naps, Bramsito, Benjamin Biolay, Kendji et beaucoup d’autres. Quelques missions pour des sportifs comme Layvin Kurzawa, Bruno Senna, et même des images pour Netflix et d’autres fictions/documentaires en France ou à l’étranger.

Mais aujourd’hui, là où on a vraiment changé de direction, c’est que l’on propose des productions vidéos complètes qui vont bien au delà du drone.

Nous travaillons seuls ou bien jusqu’à 5 ou 6 personnes sur certains tournages, que ce soit pour des vidéos institutionnelles ou même des vidéos automobiles.

C’est dans ce domaine que je m’épanouis vraiment. Réaliser les images drone live des 12h du Castellet a été un réel challenge car ça n’avait encore jamais été effectué avec des drones FPV (ceux que l’on pilote avec des masques immersifs) et aujourd’hui on a de plus en plus de demandes dans ce domaine.

Pour résumer, je dirais que je suis avant tout un passionné et que je me fixe de nouveaux challenges pour m’épanouir et emmener l’image encore plus loin pour mes clients et pour mon plaisir.


2/ En quoi consiste votre métier ?

L’essentiel de mon métier est la vidéo. En grande partie en drone, mais aussi au sol, en voiture, bateau etc…
Je suis télépilote et vidéaste et mon équipe a toutes les compétences pour offrir du visuel innovant et de qualité.


3/ Quel matériel utilisez vous ?

La liste est longue ! Du micro drone de 10cm de large au plus gros qui pèse plus de 4 kilos, nous avons une trentaine de machines pour nous adapter aux besoins du tournage.

Niveau caméras nous travaillons sur Sony A1, Sony A7SIII, BlackMagic etc… Beaucoup de GoPro et de caméras 360 pour le sport aussi.


4/ Quelle formation avez-vous pour piloter un drone de manière professionnelle ?

En 2017 quand je suis devenu pro, j’ai du passer un brevet théorique de pilote d’ULM, qui donnait le droit de piloter des drones. Mais aujourd’hui j’ai le brevet de télépilote qui est bien plus adapté à mon activité. Il faut aussi avoir effectué une formation théorique et pratique dans un organisme certifié et le plus important, avoir des compétences en montage et maintenance des machines.

J’ai débuté avec de la course de drone et du freeride, ce qui fait que j’ai crashé beaucoup de machines, et j’en ai monté/réparé plus de 300. Par conséquent, je peux anticiper une panne et avoir une machine qui va être saine avant toute prestation. Il faut savoir que n’importe quel drone, lorsqu’il tombe, a un impact relativement important et si on veut éviter les problèmes, il faut être sérieux et intransigeant au moindre indice de perte de fiabilité. C’est comme une voiture de course, la moindre petite pièce défaillante peut conduire à quelque chose de bien plus grave.


5/ Vous avez fait des vidéos lors du RallyCircuit 2021, quelle sont les difficultés à piloter un drone sur une course automobile ?

En effet, nous avons réalisé des images sur le Rallycircuit 2021 et notamment sur le RallyShow.
Nous avons filmé avec 2 types de drones :

  • Drone FPV au plus près de l’action
  • Drone DJI Inspire 2 en double commande avec Simon au cadrage de la caméra.

Je suis un des pilotes les plus présents au Circuit Paul Ricard depuis plusieurs mois maintenant et c’est un endroit que j’apprécie beaucoup, autant pour l’équipe qui le gère, mais aussi pour les opportunités et la liberté de tournage des vidéos.

Le plus complexe quand on filme sur une course, c’est la mise en place avec la direction de course concernant ce que l’on peut faire ou ne pas faire. Il faut des assurances et les compétences en terme de pilotage.

Aujourd’hui, avec mon expérience, je peux dire que je me consacre uniquement sur le pilotage et le plus difficile est d’anticiper les trajectoires et les variations de vitesse de la voiture/moto.

Sur mes drones, on ne peut pas freiner ou accélérer brutalement sans que le mouvement soit visible et gâche la vidéo. Donc on doit apprendre a visualiser le mouvement de la voiture avant qu’il n’arrive et faire bouger le drone de la manière la plus souple et anticipée possible.

C’est grâce à cette anticipation que sur le RallyShow, j’arrive à ne jamais perdre la voiture du cadre de la caméra.


6/ Quel sport préférez-vous filmer ?

La course automobile sans hésitation, mais le plus fun a été le RallyShow ou le Drift. Je peux couvrir la totalité du circuit sans problème ce qui est très immersif et permet de se prendre pour le pilote de la voiture.

A certains moments on ressent des sensations d’adrénaline qui sont dingues et c’est ça que j’aime dans mon métier.

J’ai eu la chance de filmer la Rebellion R13 qui a fait 2ème aux 24h du Mans, les voitures du championnat de France de Drift, l’écurie Iron Lynx, des Chiron quand j’ai filmé pour Bugatti, des voitures de course comme la Panoz GTR-1, et toute sorte de supercars, de la Alpine A110 à la Carrera GT…

Les objectifs pour 2022 sont de continuer sur la lancée et de proposer des vidéos toujours plus qualitatives à nos clients, que ce soit pour le plaisir et garder le souvenir d’un trackday, ou bien pour promouvoir leur écurie ou leur pilote, ou encore pour rechercher des sponsors ou un financement.

La vidéo aujourd’hui, avec la puissance des réseaux sociaux, est la chose la plus importante dans la communication quelle qu’elle soit et nous voulons continuer à avoir notre place dans ce domaine.


Retrouvez Team Mistral FPV sur les réseaux sociaux :

Les commentaires sont fermés.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :