Auto-interview de moi même.

Hello à tous,

Aujourd’hui c’est détente, alors pour mieux connaître votre serviteur, je vous propose ma propre interview.


TR500 : Salut, présente toi.

TR500 : Je m’appelle Bastien BEZET, j’ai 34 ans, j’habite à côté de Limonest dans le Rhône. Je suis conducteur de train pour l’activité fret SNCF, pilote de rallye depuis 2012 et créateur de ce blog.

TR500 : Explique nous ton parcours rallystique ?

TR500 : J’ai commencé au slalom de Vienne 2008 sur une 205 GTi 1.6, vite revendue. Puis j’ai acheté ma première Cinquecento en 2011, que j’ai gardée jusqu’en 2016. J’ai loué quelques temps de 2016 à 2018. Puis j’ai monté la Peugeot 106 que j’ai crachée au Charbo 2019. Et me revoilà en 2021 avec cette Fiat. Je ne suis pas spécialisé rallye, je fais du rallye, du slalom ou de la côte suivant mes disponibilités.

TR500 : Pourquoi avoir créé ce blog ?

TR500 : ma sœur m’as dis d’essayer en 2019, de me lancer dans la création d’un blog comme elle a fais elle. Mes antécédents de blog, ne sont pas magnifiques, alors j’ai longtemps hésiter. Au début, je parlais de moi et de mes courses et cela à vite évoluer vers un blog plus destiné aux passionnés et aux débutants.

TR500 : Ton meilleur souvenir depuis que tu roules ?

TR500 : sans nul doute, le slalom de Mornant 2017 en Citroën C2 R2, avec mon pote Ludo.

TR500 : Tu as d’autres passions?

TR500 : alors oui, je suis passionné par le Japon et Les sumo (相撲). J’apprends également le Japonais et je vise à terme le JLPT 4 ou 5. J’ai des centres d’intérêt sur les sports mécaniques et les sports de combats en général. Quand j’ai du temps libre, je boss sur mon blog, c’est ma grande fierté et je passe pas mal de temps sur YouTube pour m’occuper.

TR500 : on te verra en 2021 ?

TR500 : bien sur! je suis super motivé et positif. Je serai présent sur quelques rallyes ou quelques slaloms (à voir suivant ce qui s’organise).

TR500 : Que penses tu de l’arrivée de l’électrique en sport auto ?

TR500 : c’est une bonne chose si cela permet de ne pas signer l’arrêt de mort des rallyes et des circuits Français, mais en même temps, c’est une mauvaise idée de vouloir stopper le moteur thermique pour le remplacer par l’électrique.

Si le sport auto, deviens à terme 100% électrique (d’ici 20 ans je pense!), ce sera sans moi. Sauf si la passion est plus importante, mais cela est mal parti!

TR500 : Merci à toi

TR500 : Merci à moi même. 😅

Créez votre « skin » avec Skin Alex RBR

Hello à tous,

Aujourd’hui nous allons voir comment faire un skin*, pour jouer à Richard Burns Rally sur PC.

Voici l’interview de Alexandre alias Skin Alex RBR.

Team Rallye 500 : Salut et merci pour l’interview.

Skin Alex RBR : Merci à toi.

TR 500 : Déjà, présente toi stp.

Alex : Je m’appelle Alex et j’ai 23 ans. J’habite du côté de Saint-Etienne et je suis fan de rallye depuis 2005. J’ai travaillé pendant 3 ans dans un garage en mécanique auto, je suis actuellement en formation pour devenir vendeur de pièces automobiles.

TR500 : Explique nous ce qu’est un Skin et comment les réalises tu?

Alex : Je réalise des skins pour le jeu Richard Burns Rally sur PC. J’essaie tout les skins possibles, chaque nouveau est un défi amusant pour moi. Je favorise les voitures de ma région car c’est un plaisir pour le pilote et moi même de les voir rouler virtuellement ! Skins veut dire « peau » traduit de l’anglais, mais on peux simplement appeler ça, « peinture » Je réalise ceux-ci grâce à un logiciel de dessin nommé GIMP qui permet de peindre, coller…. Tous type de stickers, dessins et autres décorations. Pour faire les décos, j’utilise un fichier du véhicule en vue éclatée et ainsi je peint et confectionne le skin puis la transforme pour le mettre dans le jeu en 3D.

TR500 : possède tu des réseaux sociaux ?

Alex : J’ai une Page Facebook ou sont présentées mes skins et mes projets, ainsi qu’un Instagram du même nom.

TR500 : tu es également pilote sur une Citroën AX GTi N1? Explique nous ton parcours.

Alex : Pour mon parcours rallystique, j’ai été spectateur de 2005 à 2017 et en 2018 j’ai franchi le pas, en copilote d’abord, sur Peugeot 106 XSi N1 et Citroën Saxo VTS N2S; puis en 2019 malgré 2 rallyes en copilote, j’ai surtout piloté une AX GTi N1 que j’ai achetée. J’ai effectué 3 rallyes qui c’est terminé par une sortie sur le dernier.

TR500 : que penses tu de l’arrivée de l’électrique en rallye.

Alex : Je vais être honnête avec toi, pour moi l’électrique, en rallye en tous cas, signe l’arrêt de mort de cette magnifique discipline, car pour le bruit des voitures, l’odeur… font parti de l’essence même de ce sport ! Et peut-être que niveau performances, on sera pareil voir, mieux mais le thermique, c’est ce qui a forgé le sport automobile et qui j’espère, continuera ! En tous cas, si le rallye devient électrique, ça sera sans moi autant en spectateur que pratiquant.

TR500 : merci beaucoup et bon boulot

Alex : merci à toi.


*Skin : Skin veut dire « peau » traduit de l’anglais, mais on peux simplement appeler ça « peinture ».

Joyeuses fêtes à tous.

Hello,

Le team rallye 500 vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année, un joyeux Noël et un bon réveillon à tous.

Vous êtes de plus en plus nombreux à suivre mon blog, 15000 vues en 2019, 22000 vues en 2020. Il faut exploser les 30000 vues pour 2021. Je compte sur vous!

Prenez soin de vous de RDV en 2021 dans les parcs fermés ou au bord des spéciales.

Merci à tous.

Saison 2021 : Mon budget

Hello à tous. L’année 2020 va bientôt se terminer (enfin!).

L’année 2021 s’annonce palpitante (j’espère). Et aujourd’hui je vous fais les comptes prévisionnels pour ma saison prochaine.


Rallyes envisagés pour 2021 :

2 régionaux et nationaux.

– Rallye de Vaison (R)

– Rallye des Vins-Macon (N)

– Rallye de Chartreuse (R)

– Rallye des Monts et Coteaux (N)


Voiture :

Fiat Cinquecento Sporting F2-11

1108 cm3, 70 chevaux

720 kg

Boîte 5

Disques Gr.N, plaquettes DS2500

Combinés filetés AVO GTZ avant

Amortisseurs AVO GTZ arrière, réglables en dureté

Ligne d’échappement Gr.N

Barres stabilisatrices avant et arrière

Fiat Cinquecento Sporting F2000 du Team Rallye 500 de 2011 à 2016.

Périodicité de remplacement des pièces :

Plaquettes : à l’usure (1x an).

Vidange : à mi saison

Pneus : 2 saisons


Voici le budget qui j’envisage pour participer à 4 rallyes (2 nationaux et 2 régionaux) :

– Licence : 450€

– Engagements : 1600€

– Pneus : 200€ (lot de x8 semi slick achetés sur leboncoin)

– Logement : 200€

– Reconnaissances : 500€

– Déplacement : 250€

– Nourriture : 200€

– Essence : 250€

– Autres : 250€

Soit un total de : 4100 €

4100€ pour 300 km d’ES et 800 km de routier.


Ma voiture est la plus petite du plateau et je pense qu’avec un budget de 4700€ pour 4 rallyes, bon nombre de petites voitures s’y retrouveront.

Ensuite il suffit d’ajuster suivant ses besoins.

A+

Mes pires recherches de copilote

Exemple d’annonce internet :

Recherche copilote H/F, débutant ou non pour rallyes régionaux et nationaux sur Fiat Cinquecento F2-11. Secteur 69/38/01/73. Moitié engagement demandé.

A première vue, une annonce de recherche de copilote tout à fais normal, comme il y en a souvent sur les sites d’annonces sur internet.

Le plus intéressant, c’est les réponses que j’ai reçues pour mon annonce.

Voici, un petit florilège :

1/ Avec cette voiture, moi j’accepte de te copiloter mais gratuitement….

2/ Si tu paies, je te copilote….

3/ Elle fais combien de chevaux? Si elle fais moins de 150cv cela m’intéresse pas….

4/ Une Fiat Cinquecento c’est pas fais pour faire du rallye….

5/ Tu roules vites ou pas ?….

6/ Ta un palmarès ?….

7/ Tu vise une carrière en mondial ? Si oui, je suis intéressé….

8/ Tu roules en loisir ou en compétition ?….

Puis maintenant mes pensées pour ses messages :

1/ Avec cette voiture, moi j’accepte de te copiloter mais gratuitement….

Tu trouvera difficilement un pilote qui accepte un copilote gratuit….

2/ Si tu paies, je te copilote….

…. bip bip….. langue non détectée

3/ Elle fais combien de chevaux? Si elle fais moins de 150cv cela m’intéresse pas….

70cv et alors ?

4/ Une Fiat Cinquecento ce n’est pas fais pour faire du rallye….

C’est vrai qu’en rallye il existe que des R5 et des WRC. Mille excuses.

5/ Tu roules vites ou pas ?….

Absolument pas et alors?

6/ Ta un palmarès ?….

Oui, celui d’avoir le plus grands nombre de réponses négatives à mes demandes de copilote….

7/ Tu vise une carrière en mondial ? Si oui, je suis intéressé….

Absolument, je fais 2h du jeu WRC8 par semaine pour améliorer mon pilotage avec ma manette….

8/ Tu roules en loisir ou en compétition ?….

A ton avis?….


Conclusion : il est extrêmement difficile de trouver un copilote quand on roule sur une petite voiture et encore plus une F2-11.

Les catégories reines font rêver mais pourquoi ne pas commencer par la base au lieu de viser trop haut!

Bonne soirée

Mon expérience automobile Tokyoïte

En vacances pendant 12 jours à Tokyo avec ma compagne, mon blog était sans personne pour s’occuper.

Vidéo YouTube ici

Mais je suis de retour en France et je fais cet article sur les voitures au Japon car c’est juste fascinant à regarder.

Article réalisé sur des faits personnels.

En 12 jours j’ai pu remarqué que :

1/ 10% des voitures sont des voitures de luxe (Ferrari, Porsche, Maserati, Mercedes….)

2/ 10% des voitures sont des taxis (420Y par kilomètre, plus cher qu’en France).

3/ 10 à 20% des véhicules sont des mini-vans, comme la daihetsu Hijet. Le Hijet est un mini van très répandu, qui permet de passer de partout avec sa petite taille mais également de disposer de plusieurs versions. La version fourgon, mini bus ou benne. Malgré leur popularité, ce petit véhicule est équipé que d’un anémique moteur essence de 650 cm3 pour 1000 kg.

4/ le film Fast and Furious Tokyo Drift ressemble exactement au tuning japonais.

5/ les japonais « tune » tout et n’importe quoi. Des scooters 50cm avec des silencieux de motos, des mini van avec des jantes chromées, des Ferrari avec des jantes chromées, des voitures sportives avec des ailerons surdimensionnés.

6/ les japonais aiment bien les voitures anciennes, je peux vous citer Volkswagen Golf 1 Cab, Volkswagen Corinnelle, Mercedes 190.

7/ les japonais superposent leur voitures pour gagner de la place.

8/ les tourniquets à voitures existent bel et bien.

9/ les voitures étrangères sont essentiellement des modèles sportives. J’ai juste vu une Peugeot 207 SW. Mais j’ai croisé pas mal de 206 RC, Mégane RS, mini Cooper S.

10/ 95% des voitures sont équipées de boîte auto.

11/ les Japonais sont globalement calmes au volant.

12/ j’ai croisé très peu de semi remorque dans Tokyo.

13/ les transporteurs comme GLS ou chronopost se déplace en mini van.

14/ à l’aéroport et dans le métro, les conducteurs montre les panneaux avec leur mains.

15/ les conducteurs des taxis, des trains et des métros conduisent avec des gants.

16/ 3/4 des voitures sont essence et la moitié d’entre elles sont hybrides. Quasiment seuls les véhicules étrangers roulent au Gasoil.

17/ les taxis ont l’air d’avoir des pneus tout le temps neufs.

18/ à Tokyo, c’est pas rare de laisser sa voiture en warning au bord de la route le temps de s’acheter un paquet de cigarettes et cela n’offusque personne.

Voilà voilà, mon expérience de mon voyage à Tokyo.

J’ai essayé une R5

Hello à tous, j’ai eu l’occasion lors d’un petit tour dans le sud de la France d’essayer une R5. Fabuleuse voiture et voici mes impressions. De plus, c’était une surprise de mes parents !

L’habitacle est spartiate, pas de vitres électriques et j’ai l’impression de rouler sur le sol. Le volant, sans airbag à 2 branches est de la bonne taille et permet un maniement sans difficulté de la direction. Le tableau de bord indique le strict minimum. Pas besoin de plus d’informations.

Passons au côté mécanique. Le moteur chauffe tranquillement, en attendant que j’enlève le starter, car il fais un peu froid dehors. Le moteur semble silencieux au ralenti, j’attend de voir l’insonorisation quand je roule.

Une fois attaché et le siège réglé, c’est parti! les 5 rapports passent bien, malgré l’embrayage un peu dur, car il faut un petit temps d’adaptation. La puissance manque un peu, mais quelle joie d’avoir un moteur bien réglé.

La pédale de frein est dure et il ne faut pas hésiter à taper franchement dedans pour arrêter le monstre.

Mon copilote du jour qui n’est rien d’autre que mon père, me demande qu’est-ce que j’en pense? Je lui réponds, cela fait plaisir de reconduire la voiture avec laquelle j’ai appris à conduire il y a 15 ans. J’ai nommé la Renault R5 TL 1989 de mes parents.

Pour l’essai de la vraie R5, il faudra attendre !!!

BONNE JOURNÉE

J’ai testé : Renault Clio R3 en copilote

Les Renault Clio R3 sont des automobiles qui me font rêver depuis leur apparition en 2009, mais pour autant je n’avais jamais eu l’occasion de monter dedans.

A l’occasion du rallye des Vignes de Regnié 2016 que j’ai fais en Suzuki Swift N2 de location, le prestataire avait loué une Renault Clio R3. Rien ne prétendait à ce que je fasse un petit tour avec.

Crédit photo : wee move

Après avoir essayé ma voiture sur les routes Beaujolaises, je demande discrètement si je peux faire un tour à droite de la Clio. Il me répond oui, mais juste un tour car la voiture est louée pour le rallye.

Ni une, ni deux, me voila harnaché dedans et c’est parti. La voiture est aseptisée et le bruit n’est pas trop présent. La boîte séquentielle passe les rapports à une vitesse éclair. Le sentiment de puissance n’est pas très présent. On n’est pas collés aux sièges comme dans une Subaru GT par exemple, mais la puissance est bien là.

L’accélération est, elle aussi, bien présente. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire et alors que le sentiment de vitesse n’est pas énormément présent, mon pilote du moment fait rupter le cinquième rapport, puis passe la sixième. Cela doit bien faire du 150 km/h cette histoire et pourtant la route est minuscule. Je me sens en sécurité. Je vois le virage droit serré s’approcher et j’appuie machinalement sur la pédale de frein qui est inexistante coté copilote.

Crédit photo : wee move

Mon pilote accélère encore puis freine soudainement et tombe les cinq rapports en l’espace de sept/huit secondes. On passe le virage quasiment arrêtés alors que 100m avant on frôlait les 170 km/h. Quel freinage !!!! C’est époustouflant.

Il reste deux virages à passer et mon baptême se termine. Le boum caractéristique des Clio R3 ne s’entend quasiment pas de l’intérieur alors qu’à l’extérieur, un passionné comme moi reconnais ce bruit à des kilomètres. Nous voilà à la ligne d’arrivée et c’est terminé.

Elle est impressionnante de tenue de route, de freinage… La boîte et la direction sont juste top. Les Clio R3 sont des armes abouties, cela n’est pas étonnant de les voir sur les podiums.

J’ai testé : la sortie de route

Ce n’est pas un sujet marrant mais cela existe en sport automobile. La sortie de route est parfois inévitable, mais il faut savoir parfois relativiser… comment va l’équipage ? es ce que c’est que du matériel ?

Pour ma part, ma plus grosse sortie s’est produite durant le charbo 2019. Dans la spéciale numéro 4, mon copilote m’annonce un gauche 3 graviers, la voiture part dans le fossé, j’essaie de rattraper la voiture, c’est impossible. On tape le talus et s’immobilise sur le bord de la route.

Instinctivement et c’est sûrement dû à mon travail, je sors de la voiture pour éviter le sur-accident après m’être assuré que mon copilote est conscient. Il faut assurer la sécurité des autres concurrents une fois que dans mon équipage, la situation est claire et précise.

Par chance, nous étions juste sonnés, ce qui nous a permis de sortir de la voiture quasi instantanément après l’accident. On assure nos arrières, on regardera la voiture après. Mon copilote sort par la vitre car la porte ne s’ouvre plus puis on laisse passer les derniers concurrents, ce qui laisse le temps de couvrir mes plaies aux bras.

L’énervement est prèsent pendant 10 bonnes minutes.

Je n’ai pas réussi à finir mon premier charbo !! Ça m’agace.

Une fois la tension retombée, j’appelle chez moi pour rassurer ma compagne est mes enfants. J’appelle l’assistance pour qu’ils viennent me chercher. Le temps va être long donc je me penche sur la voiture. On relativise, nous avons eu de la chance. La caisse est un peu enfoncée de partout, je me dis que c’est récupérable !

Mais le bad trip va arriver, j’ouvre le capot. Avec la nuit je ne distingue pas grand chose, c’est avec le flash de mon téléphone que je me rends compte que les deux longerons sont pliés et que la caisse entière a bouger. Fin de l’aventure et fin de la Peugeot 106 fraîchement finie de monter.

C’est très dur à encaisser, mais nous n’avons rien et c’est que matériel. Autant de travail enduré, des nuits passées sur la voiture, des hématomes et des éraflures, des kilomètres pour aller chercher des pièces, tout cela, mis à la poubelle en l’air à cause d’un fichu fossé.

C’est le jeu, faut apprendre et ne pas renoncer, maintenant place à la suite.

J’ai testé : la classe N2S

Nouvellement créée, la classe N2S permet de participer à un rallye avec un véhicule quasiment de série, mais homologué, donc ayant un passeport FFSA. La cylindrée des moteurs de la classe N2S est de 1400 à 1600 cm3. Ce qui comprend donc les Citroën saxo VTS, Peugeot 106 rallye/S16, Peugeot 206 XS, Citroën C2 VTS… N2S comme N2 Série.

Tous ses véhicules doivent avoir l’ensemble moteur/boîte de série, tout ceci afin de diminuer les frais et de pouvoir participer à une course même si votre voiture ne possède aucune préparation.

Vous pouvez rouler avec une voiture complètement de série en lisant cet article – > Faire une course automobile avec sa voiture de tous les jours.

J’ai pu louer une Citroën Saxo VTS N2S au rallye des Routes du Lyonnais, de gros problèmes de freins, nous gâchent le plaisir, nous roulons au ralenti et anticipons les freinages très longtemps avant.

Néanmoins, je peux vous faire un résumé de mes impressions dans une N2S.

Déjà, le manque de réactivité de la boîte se sent dès la ligne de départ, il faut pousser le moteur et tirer le maximum de vitesse (tout cela, sans autobloquant), avant de passer la deuxième et de tomber dans le creux du moteur. La seconde vitesse est longue est semble infinie, à peine le temps de passer la troisième que le début des virages s’enchaînent, tout en deuxième rapport, voire en troisième, nous passons rarement le quatrième rapport et encore moins la cinquième.

Les relances en deuxième sont longues et nous voyons le temps défilé, j’ai l’impression de ne presque jamais passer de vitesses, car que nous prenons le virage à 50 km/h ou à 100 km/h, la seconde semble être toujours de la partie !

Dans une boîte courte ou avec un couple court, les vitesses sont assez proches et le chute de régime est moins importante, ce qui permet de changer 2/3 rapports la ou les N2S en changerons qu’un seul.

La vitesse maxi sur une N2S est globalement celle donnée par le constructeur donc plus ou moins 200/220 km/h, impossible a atteindre, tandis qu’une bonne voiture avec un couple court plafonnera à 170 km/h.

Côté moteur, RAS, les 120 chevaux sont suffisants.

Bilan, la classe N2S est idéale pour des petits budgets, voiture peu cher à l’entretien et joyeuse, mais la boîte est vraiment trop longue et casse un peu le plaisir surtout si vous avez déjà essayer une voiture avec la boîte équipée du couple court. De plus la N2S est une classe a part entière, donc coupe et chèque au vainqueur.

Ma plus grosse frayeur en course.

En 8 ans de sport automobile, je me suis réellement fait deux frayeurs où je me suis dis que c’était la fin du rallye pour cause de sortie de route; avec la voiture qui ressemble à une voiture de crash test. Pour cet article, nous allons parler que de la première frayeur. Car c’est la seule où je possède des photos.

Le rallye est un sport dangereux et la sortie de route est parfois inévitable. Même les plus grands champions ont connu une ou plusieurs sorties de route.

Pour ma première frayeur c’était au rallye de chartreuse 2012 :

Je roulais avec la Cinquecento Sporting F2000; dans la spéciale du Mas qui se déroule dans le département de l’Isere, il y a une bosse pour un gauche 2 en montée environ 2 km après le départ. La foule est nombreuse et il fait beau et chaud car nous sommes au mois d’août. Mon copilote m’annonce les notes et m’annonce juste avant la bosse, un gauche 2 gravier qui monte.

Alors que la Cinquecento avait décollée des 4 roues, j’appuie sur les freins ce qui a pour conséquence de faire piquer le nez de la voiture, la caisse touche le sol avec un bruit épouvantable et sur environ une dizaine de mètres, le pare choc avant touche la route pendant que l’arrière est en free lance à 30 cm du sol.

En l’espace d’une seconde, je me dis que nous allons faire comme le Dakar, tonneau par l’avant et finir dans le mur juste en face. Surtout que moi et mon copilote ne voyons plus devant nous, la seule vision que donne le pare brise est le goudron, tellement que la Fiat est inclinée vers l’avant; nous n’avons plus de vue sur l’extérieur.

Mon copilote me lance :

….c’était chaud la….!!

J’arrive tant bien que mal à me sortir de ce mauvais pas et je remercie au passage le photographe qui a pris ses clichés.

Malheureusement, nous avons dû abandonner plus tard, car se saut avait abîmé le dessous de la voiture.

Photos du saut :

Bonne journée à tous.

L’histoire de ma Peugeot 106 de rallye

Au lieu de faire des grands discours, je vais juste vous mettre les liens vers les articles que j’ai déjà créé afin de retracer la carrière de cette sympathique automobile.

Le montage :

Comment monter sa voiture de course pour pas cher?

Comment recevoir son laisser passer VHRS?

La course :

Ma première expérience en VHRS – Charbo 18/20 avril

Résumé de mon charbo 2019

La fin :

Une page se tourne aujourd’hui. Le reste de la caisse est partie à la feraille. Paix à son âme la 106.

Mon plus mauvais souvenir rallystique

Quand nous participons à des courses automobiles, nous espérons tous prendre du plaisir et passer un bon week-end, car c’est bien cela l’objectif principal.

Parfois, la course ne se passe pas comme nous le voulons, que ce soit un abandon mécanique, une sortie de route ou tout autre chose, le week-end tant attendu peut se transformer en mauvais souvenir.

Je vais vous faire part de mon expérience sur ce sujet.

J’ai déjà abandonné pour des raisons diverses (mécanique au rallye de chartreuse 2012 et sortie de route au rallye de Lyon Charbo 2019). À chaque fois, cela m’a embêté mais ce n’est pas un mauvais souvenir pour autant.

C’était au rallye de Chambost 2014, je roulai avec ma Fiat Cinquecento Sporting F2-11. Le rallye de Chambost se déroule à 30 min de la maison, les spéciales ressemblent un peu à celles du Rallye de Lyon Charbonnières.

Pour une fois, nous sommes deux dans la classe, donc si on attaque pas comme il le faut, nous ne remporterons pas notre classe de cylindrée. Nous effectuons la spéciale numéro 1 et 2 correctement puis suite un arrêt de course, nous nous rendons au parc fermé en faisant la spéciale numéro 3 en liaison.

L’entrée au parc fermé est un peu « bouchonnée » car beaucoup de concurrents ne sont pas encore rentrés dans le « parking du stade ». Aucune information peut nous aider à comprendre pourquoi nous sommes encore dans la file d’attente. Un fourgon de pompier passe à proximité, sûrement un riverain qui a besoin d’aide. Finalement, on rentre au parc fermé et les informations commencent à se diffuser, il y a un accident avec un équipage et c’est très grave; le camion podium qui contient les coupes est à moitié bâché.

Tout le « petit monde » du rallye est autour du podium, pour avoir des informations et savoir si le rallye continue. Le directeur de course prend le micro, le silence se fait entendre, il n’y a pas de vent, les oiseaux ne chantent pas et il n’y a pas de bruit au loin, le silence est quasi total, le directeur de course nous annonce la nouvelle, je suis à deux doigt de pleurer, « ma passion est une passion cruelle ». Je suis devant le podium je sens les larmes venir (alors que je ne connaissais pas du tout le pilote, sûrement l’émotion) le directeur de course nous demande de voter pour savoir qui veux continuer. Aucune main ne se lève.

« Merci à tous d’être venu » voilà les derniers mots de ce rallye. Je suis au bout du rouleau, j’ai juste envie de récupérer ma voiture. Je dis à mon copilote que des que le parc est ouvert, on va prendre le bolide, on charge et on rentre pour vite oublier cette course.

« Le parc est ouvert », je me précipite dans ma voiture pour sortir en premier (car comme chaque rallyman le sait, il n’est pas rare d’attendre 10/15 min pour arriver à sortir du parc). Je rentre dans la voiture, je mets le contact et sors du parc….  » Allez on se casse… tchao, rallye de merde…. »

C’est la première fois que à la fin d’une épreuve, je n’ai rien ressenti de particulier, j’ai repris mes activités classique sans me demander quelle serai ma prochaine course.

C’est ainsi, le rallye est un sport jouissif mais parfois, ce n’est pas le cas.

Bonne journée.

Cinquecento Sporting by Team Rallye 500

Après ma sortie de route au rallye de Lyon Charbonnières 2019, je me retrouve avec aucune voiture dite sportive à la maison. La 106 out, reste la 307 familiale, rien de bien intéressant donc.

Ma deuxième voiture de course en ma possession était une Fiat Cinquecento Sporting F2-11. J’ai fais 9 ou 10 courses avec en l’espace de 4 ans. J’ai que des bons souvenirs avec elle.

C’est alors que j’étais à la recherche d’une 106 XSi, saxo VTS ou Clio RS dans un budget abordable. Mais je trouve cette petite Cinquecento sur un site de vente à 15km de la maison. La Fiat Cinquecento Sporting est la deuxième sportive de l’année 1995 devant l’Impreza GT, rien que ça!! Ni une, ni deux, j’y vais, je l’essaie et je repars avec. Je ne me souvenais plus de la vitalité de ce petit moteur et du bruit à l’accélération. Un régal!

A peine achetée déjà modifiée avec le volant tulipé de ma regrettée 106. Modifications qui va en emmener plein d’autres mais rien de bien violent ni irrémédiable.

Ligne Gr.N OMP

Installation de ligne Groupe N OMP en acier, maintenant, elle fais un son bien comme j’aime.

Papillon de 38mm

Achat et montage d’un papillon de 38 mm au lieu de 30 mm. Admission qui vient d’un moteur 1200 cm3. 8mm c’est presque 25% de plus.

Suite au prochain numéro (montage des disques et plaquettes de compétition)

Résumé de mon charbo 2019

Du 18 au 20 avril 2019, je participais à mon premier rallye de championnat de France. Le rallye de Lyon Charbonnières est l’épreuve phare du Championnat de France Asphalte. C’est ainsi que dès les engagements ouverts, je m’inscris avec mon copilote au 1er Rallye de Lyon Charbonnières VHRS.

La 106 et la 307 d’assistance

Les deux dernières semaines ont été très rudes mentalement et physiquement. Il a fallu finir correctement la voiture, faire les recos, chercher la remorque….

C’est ainsi que jeudi soir, nous nous rendons aux vérifications techniques et administratives à Dardilly. Elles se passent sans encombre et nous prenons le road book pour nous diriger vers le parc fermé à Charbonnières les Bains. Pour se faire nous ne prenons rien de plus que l’autoroute et les bouchons Lyonnais du soir.

Nous avons des problèmes de freins sur le parcours routier, les freins avant qui restent serrés, j’arrive à aller au parc fermé et demain l’assistance basée à Villefranche sur Saône s’occupera de trouver et résoudre le problème. Assistance qui se fait comme un amateur peu fortuné que je suis avec ma 307 SW. Lire l’article Faire l’assistance sans fourgon.

Vendredi en fin de matinée, nous voilà direction le parc d’assistance avec uniquement le frein à main pour freiner (je ne voulais pas utiliser les freins au pied et être obligé de m’arrêter sur l’autoroute si ils restent bloqués). L’assistance fait le tour des freins et le problème semble s’être tout simplement envolé. C’est génial, nous passons au refueling mettre 10 litres d’essence et nous nous dirigeons vers l’ES1.

Le pointage se fait en retard car avec la circulation routière, les concurrents arrivent juste à l’heure où en retard.

L’ES 1 se passe bien, on se fait plaisir, la petite 106 est très joueuse et on dirai un élastique, le moteur à la pêche et on fini la spéciale.

Direction l’ES 2

L’ES 2 se passe bien elle aussi, les cordes sont juste très sales et plein de graviers et de pierres, a tel point que je me croyais sur un rallye terre tellement que le gravier était présent sur la route.

Direction l’ES 3

Nous arrivons au départ de l’ES3, arrêt de course suite à la sortie d’un concurrent, au bout de 30min, nous faisons finalement la spéciale en liaison.

Direction l’assistance; les problèmes de freins se manifestent sur le routier, nous arrivons à l’assistance et mes collègues règlent la tige de course du maître cylindre. Le problème semble définitivement disparu.

Direction l’ES 4

Au fil des spéciales, le moteur semble se libèrer, je suis prêt a en découdre. Au départ de la spéciale numéro 4, je fais cirer les pneus, je m’amuse…

Au bout de 1 km mon copilote me dit, « calme toi on a de l’avance » (principe du VHRS, rouler à une moyenne de vitesse imposée), je lui dis, on s’en fiche, j’ai besoin de roulé, les virages s’enchaînent, je monte le ton, on passe bien la bosse, on se fais plaisir et dans un virage à gauche plein de gravier c’est la sortie de route.

La caisse est foutue, même si nous avons pas l’impression au premier abord. Maintenant il faut retenir les bons souvenirs et apprendre de nos erreurs pour la suite.

Voici quelques photos de ce charbo 2019.

Merci à Rémy mon copilote et son frère Victor. Merci à Ludovic et Joël pour l’assistance.

Prochaine course : bientôt

Prochain rallye : l’année prochaine.

Retour aux sources : Cinquecento sporting

De 2011 à 2016, je possédais une Fiat Cinquecento Sporting F2-11, j’ai remporté plusieurs victoires de classes avec cette auto (2 x le rallye des vignes de Regnié notamment).

Aujourd’hui après avoir accidenté ma voiture de course au rallye de Lyon Charbonnières 2019, j’étais à la recherche d’une auto sportive afin de garder les sensations d’une voiture de sport entre les mains pour les mois futurs.

C’est ainsi que je suis allé chercher une petite Fiat Cinquecento complément d’origine. En l’essayant, j’avais oublié les sensations que procure ces petites automobiles. Totalisant 101000 km avec son CT à jour, me voila heureux propriétaire d’une Cinquecento de seulement 54cv.

Côté projets :

– slaloms en loisir pour garder la main pour l’année prochaine

– autocollants aux noms de mes blogs :

Petite histoire sur les Cinquecento/seicento en rallye :

Les Fiat Cinquecento existe en version Trofeo et en version kit car. Toutes les autres versions sont des montages fais par des particuliers.

Cédric Robert remporte le Trophée Cinquecento en 1995.

Ma première expérience en VHRS – Charbo 18/20 avril

Il y a tout juste 6 mois, je n’y connaissais rien en VHRS et cela ne m’intéressait même pas. C’est alors que j’ai échangé quelques mails avec un pilote qui fais du rallye en championnat de France Asphalte.

Après quelques mails et bien lui avoir expliquer que ma voiture n’a pas de PTH ou de passeport moderne et que même sans ce sésame, je peux faire du rallye, j’ai enfin trouvé où mettre les roues de ma petite 106 en 2019.

En Véhicule Historique de Régularité Sportive, il existe beaucoup d’épreuves en doublure des rallyes modernes et ça c’est vraiment cool.

Avant pour moi, le VHRS c’était tu te traînes sur une route fermée avec des moyennes à respecter, en gros tu roules à 40 km/h de moyenne et voilà.

En faite pas du tout, il existe 3 moyennes horaire à respecter quand on fais ce type de compétition; et deux de ces moyennes (les plus hautes), obligent à avoir des sièges baquets/harnais. Sur certaines épreuves, la moyenne haute est difficile à tenir, tellement que les routes sont sinueuses.

Il existe les moyennes Haute, Intermédiaire et Basse. Il faut en choisir une avant le rallye et s’y tenir pendant toute la course.

C’est dans ce contexte la, que je me suis engagé au Rallye Lyon Charbonnière Rhône 2019 avec la 106. Épreuve à domicile pour moi.

Le charbo est dans 1 mois et j’ai dû faire des achats de dernières minutes, acheter une rampe de phares, des plaquettes de frein, fabriquer un protège carter, faire une géométrie, trouver un copilote…. faire des essais à la sauvette pour roder les nouvelles plaquettes!!! Que d’épreuves avant le jour J.

Cela fais 15 ans que je vais au charbo et 15 ans que je me dis, aujourd’hui je vais le faire et cela n’as jamais abouti, manque de budget.

Aujourd’hui, je démarre le PC pour aller faire un petit tour sur le site du rallye de Lyon Charbonnières Rhône et je me vois sur la liste des engagé VHRS.

La suite prochainement

(MAJ 27/03)

Dites moi comment améliorer mon blog.

Cher lecteurs et lectrices, voilà 6 mois que mon blog est ouvert.

Depuis l’écriture de mon premier article en janvier, je fais entre 400 et 500 vues hebdomadaires. Je ne veux pas créer (pour l’instant) un site actualités avec les dernières nouveautés du sport auto ou bien les derniers infos des pilote de formule 1.

Mon blog est plus accès sur de l’information, l’aide aux débutants, les informations sur quelques épreuves Françaises ou bien un « kit » de débutants pour les novices en sport auto.

Je suis seul pour gérer mon site la plupart du temps même si ma sœur m’aide de temps en temps. Pour les personnes voulant se joindre à l’aventure, veuillez m’envoyer un CV par mail. Vous pouvez retrouvez son blog sur New York ici.

Aujourd’hui je vous demande à vous, les lecteurs; quel contenu voudriez vous voir dans mon blog?

– des interviews

– des infos sur les sports auto autre que le rallye

– plus d’épreuves

– des essais de voitures

– autres choses

Envoyez moi un mail ou commentez cette publication Facebook et dites moi ce que vous aimeriez bien avoir de plus sur mon blog.

Merci à tous.

Bastien

Mes différentes voitures de rallye (depuis mes débuts).

Aujourd’hui je vous montre toutes les voitures de compétition que j’ai eu l’occasion de piloter sur les courses automobiles de 2008 à aujourd’hui.

Actuellement nous préparons notre participation au rallye Lyon Charbo 2019 avec la petite 106 XSi. Épreuve à domicile pour moi.

Parmis toutes les voitures que j’ai piloté, toutes m’ont fait énormément plaisir, en 10 ans de courses auto, j’ai connu de la boîte manuelle, de la séquentielle, des moteurs d’origine, des moteurs préparés. Le plus important sont les souvenirs que j’ai eu avec chacunes d’entres elles.

Débutons avec la 205 GTi F2-13

Moteur 1580cm3, 130cv, boîte 5 manuelle.

-slalom de Vienne 2008

Cinquecento sporting F2-11 de 2011 à 2016.

Moteur 1108cm3, 70cv, boîte 6 manuelle.

-Rallye des vignes de Regnié 2012 et 2014

-Rallye des Monts du Lyonnais 2013

-Rallye de Chartreuse 2012 et 2014

-Rallye de Chambost 2015

-slalom de Virieu sur Bourbe 2012

-slalom de Roanne 2014

-slalom de Mornant 2015

-telethon Janneyrias 2011

-téléthon St Laurent de Mûre 2014

Suzuki SWIFT Sport FN2 (ex swift de la coupe Suzuki) en 2016.

Moteur 1586cm3, 130cv, boîte 5 manuelle.

-Rallye des vignes de Regnié 2016

Une Saxo VTS N2S en 2017

Moteur 1587cm3, 120cv, boîte 5 d’origine.

-Rallye des Routes du Lyonnais 2017

Une jolie Citroën C2 R2 également en 2017.

Moteur 1598cm3, 199cv, boîte 5 séquentielle

-slalom de Mornant 2017

Puis la dernière en date, une Citroën Saxo FA6 en 2018.

Moteur 1587cm3, 165cv, boîte 5 séquentielle

-charbo 2018 (voir mon article ici).

Liens vers les ASA des courses que j’ai participées.

ASA Beaujolais

ASA Dauphinoise

ASA RhoneLyon Charbonnières Rhône

ASA Centaure

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑