Portrait : Ingrid Bayle, pilote du 71.

Je vais vous présenter Ingrid Bayle, une jeune pilote et copilote Mâconnaise de 32 ans qui court sur une Peugeot 106 Rallye FA5.

Elle a été également ma copilote en 2012.

Passionnée de sport automobile depuis son jeune âge, elle a débuté en 2009 en faisant l’assistance d’un pilote local, avant de franchir le pas et de s’installer dans un baquet dès 2012, en alternant depuis la place de pilote ou de copilote.

En 2012, suite à une sortie de route, une nouvelle Peugeot 106 Rallye, maintenant en A5 est remontée et les épreuves s’enchaînent avec la petite lionne. A le tête d’une douzaine d’épreuves depuis ses débuts en tant que pilote, la jeune Mâconnaise enchaîne rallyes régionaux et nationaux. Elle remporte sa classe au rallye des Vins-Macon en 2018 et se classe 70ème scratch.

Les Peugeot 106 sont comme une vraie passion pour Ingrid qui roule également au quotidien avec une voiture de la marque sochalienne.

Mini interview :

TR : Salut Ingrid, cela fait plusieurs années que l’on se connait, mais les lecteurs ne te connaissent pas. Peux tu te présenter rapidement ?

IB : Je m’appelle Ingrid, j’ai 32 ans et je suis d’origine auvergnate (près de Clermont Ferrand).

TR : Comment se passe ta saison?

IB : Petite saison cette année, le rallye du Suran sera mon deuxième rallye au volant et je n’ai fais que 4 rallyes en copilote avec Quentin Saxemard.

TR : Tu participes ce week-end au Rallye du Suran, c’est ta première participation?

IB : Je l’ai déjà fait en pilote en 2018 et en copilote en 2017 avec David Lacosse.

TR : Ta voiture de course préférée?

IB : Sans surprise, la Peugeot 106 Maxi, mais j’aime aussi beaucoup les R5 Turbo 2

TR : Ton pilote préféré?

IB : Je n’ai pas de pilote préféré, mais j’apprécie beaucoup les pilotages des pilotes amateur comme Audet ou Artzner.

TR : Tu aurai un conseil pour les débutants?

IB : De ne pas mettre les charrues avant les bœufs et de prendre son temps.

TR : Merci à toi et à bientôt.

IB : A +

S’organiser pour les reconnaissances

Les reconnaissances sont essentielles avant de participer à un rallye, l’ensemble des courses en France proposent d’organiser les recos le week-end d’avant ou le vendredi juste avant le rallye; sauf sur les rallyes terre ou les reconnaissances ce font le jour de la course.

Comment s’organiser pour les reconnaissances ?

Plusieurs critères doivent étre pris en compte, la distance de l’épreuve, la disponibilité de l’équipage, le coût….

Personnellement pour les rallyes à moins de 100/150 km, je fais mes reconnaissances le week-end d’avant avec ma propre voiture. Globalement pour un rallye régional, en une journée les recos sont faite. Pour le rallye de Lyon Charbonnières 2019, nous avons fait 2 jours complets de reconnaissances, quasi 800 km et il ne fallait pas traîner en cours de route.

Pour un rallye plus loin, 2 choix s’offre à vous :

1/ Soit vous faites les recos le vendredi avant la course. Dans ce cas précis, il faut partir avec la remorque, la voiture, le matériel d’assistance et prévoir le couchage. Tout installer ou tout laisser au camping puis partir faire les reconnaissances.

2/ Pour le deuxième choix, c’est faire l’aller/retour le week-end précédent. Sachant que par exemple si vous habitez proche de Lyon (mon cas) et que vous participez au rallye du Touquet, il est plus judicieux d’arriver sur place le vendredi soir, coucher au Touquet, faire les reconnaissances dès le début, puis rentrer le dimanche soir pour être au boulot lundi. Pour une course moins loin, juste prévoir un couchage le samedi soir pour être présent de bonne humeur le dimanche matin.

Personnellement, je choisi le choix N°1 !

Vous pouvez gagner du temps et sûrement économiser de l’argent en prenant le train ou l’avion puis louer une voiture sur place. Cela est beaucoup moins fatiguant et plus simple d’organisation.


Que faut-il emmener pour les recos ?

Pour ma part, je suis plus pour les recos, avec petite pause pour manger au bord de la route que de manger au restaurant. Gain de temps et nous avons le temps de recouper les informations pour la suite du parcours.

Les indispensables à apporter :

– GPS

– carte de la France

– bouteilles d’eau

– casse croûte

– chargeur de téléphone

– pourquoi ne pas ramener des jerricans d’essence ? Gain de temps !

Pour le côté copilote :

– crayons à papier

– gommes

– fluos

– cahier à spirales

– stylos 4 couleurs

– road book

– divers additifs liés aux reconnaissances

Voilà. Bonne reconnaissances à tous.

Les notes en rallye

Comme vous le savez, l’équipage d’un rallye automobile ce compose d’un pilote et d’un copilote, tout les deux présents pendant le déroulement de la course. Chacun a un rôle bien défini, le copilote s’occupe des pointages, de l’administratif et annonce les notes, le pilote lui s’occupe de sa voiture et la pilote sur des routes de montagnes sinueuses et complètement dénuées de visibilité, mais comment fait il?

Le copilote lui annonce dans le micro, les virages, les lignes droites, les particularités de la route et tout ceci en temps réel.

Le copilote suit une dictée remise au propre après une séance de « reco », dictée que le pilote et le copilote mettent 1 ou 2 jours à écrire afin d’avoir une lecture optimale de la route le jour de la course.

Comment font-ils?

Ce n’est pas compliqué, chaque pilote à son propre langage et sa propre vision de la route. Le copilote lui, c’est une machine à écrire les notes et à les restituer sans erreurs et sans être malade.

….Le système de note, c’est le principal lien entre le pilote, le copilote, la voiture et la route. Sans notes, c’est la faillite assurée au premier virage….

Notes de Bastien BEZET au rallye de Chartreuse 2012

Exemple de système de note (le mien) :

Personnellement je fonctionne en chiffre de 1 à 5

1 : virage serré

2 : virage moins serré

3 : virage « moyen »

4 : virage rapide

5 : virage très rapide

À fond : virage insignifiant

D’autres fonctionnent en angles

10 à 40 : virage serré

50 à 90/100 : virage moyen

100 à 120 : virage rapide

Au delà de 120 : virage à fond

Parfois, les pilotes qui utilisent ce système inscrive le rapport sur lequel ils doivent passer ce virage. D92, signifie D90 à passer en deuxième.

D’autres en appréciations

Virage vite

Virage Mauvais

Virage Moyen

D’autres doivent avoir des systèmes bien à eux.

Ensuite, une fois que nous avons notre « inclinaison » du virage, il faut compléter cette indication, car virage droit à fond, ce n’est pas suffisant. Le virage peut très bien cacher une bosse ou une épingle juste après.

Voici un résumé de ce que je connais (mais que je n’utilise pas forcément)

Insignifiant : virage sans difficulté

+ + : virage à prendre avec une vitesse plus importante

– – : virage à prendre à petite vitesse

Tard : virage qui commence loin

Long : virage qui dure sur la distance

En deux fois : deux fois le même virage coup sur coup, mais qui ne fais qu’un seul

Ouvre : virage qui s’ouvre à la sortie

Referme : virage qui se referme à la sortie

Rond : virage qui dure dans le temps et qui forme un arrondi

Sur : virage qui enchaîne le précédent

Frein : moi j’utilise cette note pour les freinages cachés juste après une courbe.

Corde : on mord le virage

Pas corde : on ne mord pas le virage

Grosse corde : corde généreuse

Chicane : il faut mettre l’entrée, rentrée de la chicane à droite ou gauche

Terre : portion de terre (toujours important d’y signaler)

Goudron ou asphalte : retour sur partie goudronnée

Gué : étendue d’eau qui traverse la route

Bosse : bosse

Épingle : virage à prendre en épingle

Angle droit : virage en angle droite

Angle gauche : virage à prendre en angle droit mais avec la direction de gauche.

Banzai : j’ai déjà mis cette note une fois sur la bosse de Meys au rallye des Monts du Lyonnais….

300m : annonce une ligne droite ou une distance entre deux virages

Gravier : virage glissant à cause du gravier

Noir : ah les plaques noires!!

Piquet : les piquets qui tiennent la rubalise, très mauvais.

Exemples :

D2 tard gravier sur G5 bosse

D50 tard gravier sur G130 bosse

Ou

D3 noir ouvre

D90 noir ouvre

Et dans tout ce charabia, il faut que le copilote est une copie propre et facile à lire, avec des abréviations, car en général ils n’ont pas le temps de lire de grandes lignes pendant les spéciales. Pensez à disposer d’un crayon à papier pour modifier les notes en cours de route.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑