J’ai testé : la sortie de route

Ce n’est pas un sujet marrant mais cela existe en sport automobile. La sortie de route est parfois inévitable, mais il faut savoir parfois relativiser… comment va l’équipage ? es ce que c’est que du matériel ?

Pour ma part, ma plus grosse sortie s’est produite durant le charbo 2019. Dans la spéciale numéro 4, mon copilote m’annonce un gauche 3 graviers, la voiture part dans le fossé, j’essaie de rattraper la voiture, c’est impossible. On tape le talus et s’immobilise sur le bord de la route.

Instinctivement et c’est sûrement dû à mon travail, je sors de la voiture pour éviter le sur-accident après m’être assuré que mon copilote est conscient. Il faut assurer la sécurité des autres concurrents une fois que dans mon équipage, la situation est claire et précise.

Par chance, nous étions juste sonnés, ce qui nous a permis de sortir de la voiture quasi instantanément après l’accident. On assure nos arrières, on regardera la voiture après. Mon copilote sort par la vitre car la porte ne s’ouvre plus puis on laisse passer les derniers concurrents, ce qui laisse le temps de couvrir mes plaies aux bras.

L’énervement est prèsent pendant 10 bonnes minutes.

Je n’ai pas réussi à finir mon premier charbo !! Ça m’agace.

Une fois la tension retombée, j’appelle chez moi pour rassurer ma compagne est mes enfants. J’appelle l’assistance pour qu’ils viennent me chercher. Le temps va être long donc je me penche sur la voiture. On relativise, nous avons eu de la chance. La caisse est un peu enfoncée de partout, je me dis que c’est récupérable !

Mais le bad trip va arriver, j’ouvre le capot. Avec la nuit je ne distingue pas grand chose, c’est avec le flash de mon téléphone que je me rends compte que les deux longerons sont pliés et que la caisse entière a bouger. Fin de l’aventure et fin de la Peugeot 106 fraîchement finie de monter.

C’est très dur à encaisser, mais nous n’avons rien et c’est que matériel. Autant de travail enduré, des nuits passées sur la voiture, des hématomes et des éraflures, des kilomètres pour aller chercher des pièces, tout cela, mis à la poubelle en l’air à cause d’un fichu fossé.

C’est le jeu, faut apprendre et ne pas renoncer, maintenant place à la suite.

L’histoire de ma Peugeot 106 de rallye

Au lieu de faire des grands discours, je vais juste vous mettre les liens vers les articles que j’ai déjà créé afin de retracer la carrière de cette sympathique automobile.

Le montage :

Comment monter sa voiture de course pour pas cher?

Comment recevoir son laisser passer VHRS?

La course :

Ma première expérience en VHRS – Charbo 18/20 avril

Résumé de mon charbo 2019

La fin :

Une page se tourne aujourd’hui. Le reste de la caisse est partie à la feraille. Paix à son âme la 106.

Comment monter sa voiture de course pour pas cher?

Commençons par l’introduction : monter une voiture dédié uniquement à la course (telle qu’elle soit) coûte quand même de l’argent, monter une voiture sans aucun argent n’est pas possible. Un tel montage demande un peu d’huile de coude.

Pour ma part, j’ai monté une 106 « XSi » dédié uniquement aux courses (course de côte historique, sortie circuit, télethon). Pour cette article partons sur le fait que j’ai construit une voiture qui n’est pas pour le moment homologuée pour le rallye moderne, uniquement à cause de l’arceau et de l’extincteur automatique. Pour ma part, si je rajoute 1000€ de pièces et main d’œuvre pour l’arceau notamment, mon voiture est éligible en F2-12.

J’ai recherché sur leboncoin une Peugeot 106 phase 1, 3 portes, sans toit ouvrant, avec le moteur cassé. Chose faite, je prend la remorque et je vais la chercher. Puis je la mets dans le garage afin de commencer le montage. J’ai mis environ 1 année et environ 80 à 100h pour la monter, partant vraiment d’une voiture de série pour avoir ce que j’ai aujourd’hui (voir ici mon article).

Je ne vais pas vous dire les coûts, mais dans la globalité, elle m’as coûter environ 2000€. L’ensemble des mes pièces proviennent du bon coin ou de mes connaissances.

C’est ainsi que j’ai déniché un moteur 1.4 XSi avec son faisceau, ainsi qu’une boîte à vitesse XSi qu’un pote m’as montée. Donc côté moteur boîte, j’ai moteur 106 1.4 XSi, boîte d’origine couple 14*60 avec des trucs sympa à l’intérieur. Merci à eux. Au final, 100cv pour 785 kg.

J’ai mis tout l’intérieur de la caisse à nue, puis j’ai acheté un arceau 6 points neuf (ma plus grosse dépense). J’ai également déniché 2 baquets, 2 harnais, les coupes harnais, extincteur, coupe circuit, volant 3 branches…. puis j’ai peint moi même l’intérieur dans mon garage en gris.

Côte suspension, je dispose maintenant à l’avant de 2 cartouches Peugeot sport tarage rallye asphalte avec des ressorts courts. Derrière, j’ai 2 bilstein rotulés tarage rallye asphalte. J’ai changé les triangles, les rotules, le radiateur, des capteurs…..que j’ai acheté neufs ici.

Côté extérieur, j’ai poncé la caisse et fais peindre dans mon garage la voiture en orange pastel. La peinture vient tout simplement du site internet www.peinturevoiture.com

Donc résumons, pour moins de 2000€ j’ai monté ceci:

Peugeot 106 « XSi » 1.4

– moteur 1360cm3 100cv

– boîte d’origine, couple 14×60, fourchettes bronze.

– suspensions avant: cartouches Peugeot sport tarage rallye asphalte, ressorts courts

– suspensions arrière: bilstein rotulés tarage ferme.

– frein avant: disques et étrier 106 S16

– frein arrière: origine

– ligne inox Gr.N

– jantes 13 (205 Rallye), pneus toyo R888

– arceau 6 points Oreca

– baquets et harnais

volant tulipé

– tableau de bord floqué

– extincteur 2 kg

– sac à casques

– attaches capots avant et arrière

– peinture neuve intérieur et extérieur

Ma 106 « XSi » 1.4

106 XR à l’achat transformée en 106 «XSi » courant 2018, ma monture est une Peugeot 106 1.4 de base entièrement démontée puis remontée en version rallye. Les heures de démontage, déblaxonnage, remontage, ponçage et peinture ne se comptent plus.

Montée avec un arceau, puis repeinte en intérieur puis en extérieur, ma 106 « XSi » à vue l’apparition en 2018 d’un tableau de bord en feutrine, d’un volant OMP, de deux baquets et de deux harnais ainsi que d’un coupe circuit ainsi qu’une remise à neuf de l’ensemble moteur/boîte.

Le moteur essence est un 1360 cm3, 4 cylindres en ligne comme d’origine refait à neuf. C’est un moteur de modèle TU; modèle de chez Peugeot d’une technologie fiable d’une vingtaine d’année.

La boîte est une MA spécifique aux voitures Peugeot/Citroën qui as vu son maniement renforcé et fiabilisé. Niveau embrayage, un simple embrayage d’origine a été monté. Des jantes de 205 rallye en 13 pouces sont venues remplacées les jantes en 13 d’origine. Elle pèse 784kg à vide.

Les Peugeot 106 sont sorties en phase 1 de 1991 à 1996 et phase 2 ensuite. Les versions sportives sont les rallye 1.3, 1.6, XSi et S16.

Ma 106 est prête à affronter les spéciales de la région.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑