J’ai testé : la sortie de route

Ce n’est pas un sujet marrant mais cela existe en sport automobile. La sortie de route est parfois inévitable, mais il faut savoir parfois relativiser… comment va l’équipage ? es ce que c’est que du matériel ?

Pour ma part, ma plus grosse sortie s’est produite durant le charbo 2019. Dans la spéciale numéro 4, mon copilote m’annonce un gauche 3 graviers, la voiture part dans le fossé, j’essaie de rattraper la voiture, c’est impossible. On tape le talus et s’immobilise sur le bord de la route.

Instinctivement et c’est sûrement dû à mon travail, je sors de la voiture pour éviter le sur-accident après m’être assuré que mon copilote est conscient. Il faut assurer la sécurité des autres concurrents une fois que dans mon équipage, la situation est claire et précise.

Par chance, nous étions juste sonnés, ce qui nous a permis de sortir de la voiture quasi instantanément après l’accident. On assure nos arrières, on regardera la voiture après. Mon copilote sort par la vitre car la porte ne s’ouvre plus puis on laisse passer les derniers concurrents, ce qui laisse le temps de couvrir mes plaies aux bras.

L’énervement est prèsent pendant 10 bonnes minutes.

Je n’ai pas réussi à finir mon premier charbo !! Ça m’agace.

Une fois la tension retombée, j’appelle chez moi pour rassurer ma compagne est mes enfants. J’appelle l’assistance pour qu’ils viennent me chercher. Le temps va être long donc je me penche sur la voiture. On relativise, nous avons eu de la chance. La caisse est un peu enfoncée de partout, je me dis que c’est récupérable !

Mais le bad trip va arriver, j’ouvre le capot. Avec la nuit je ne distingue pas grand chose, c’est avec le flash de mon téléphone que je me rends compte que les deux longerons sont pliés et que la caisse entière a bouger. Fin de l’aventure et fin de la Peugeot 106 fraîchement finie de monter.

C’est très dur à encaisser, mais nous n’avons rien et c’est que matériel. Autant de travail enduré, des nuits passées sur la voiture, des hématomes et des éraflures, des kilomètres pour aller chercher des pièces, tout cela, mis à la poubelle en l’air à cause d’un fichu fossé.

C’est le jeu, faut apprendre et ne pas renoncer, maintenant place à la suite.

71ème Rallye Lyon Charbonnières Rhône 2019

Liste des engagés Moderne, VHC set VHRS

Site internet du rallye

Cartes du parcours

Jeudi 18 avril

12h à 18h : shakedown à Limonest

Vendredi 19 avril

8h45 : départ du podium (Charbonnières les Bains)

Assistance – 20min (Villefranche sur Saône)

10h43 : ES 1 – Bibost/Bessenay/Montrottier

11h46 : ES 2 – Ternard/St Just d’Avray

12h19 : ES 3 – Châmelet/Oingt

Regroupement – 60min (Arnas)

Assistance – 40min (Villefranche-sur-Saône)

15h57 : ES 4 – Bibost/Bessenay/Montrottier

17h00 : ES 5 – Ternard/St Just d’Avray

17h33 : ES 6 – Châmelet/Oingt

18h36 : ES 7 – Marcy l’étoile (Reconnaissance de la spéciale n°7 avec la voiture de course).

18h51 : arrivée sur le podium (Charbonnières les bains)

Samedi 20 avril

6h30 : départ du podium (Charbonnières les Bains)

Assistance – 40min (Villefranche-sur-Saône)

8h13 : ES 8 – Mont Brouilly

8h31 : ES 9 – Lantignié/Villie Morgon/Chiroubles

9h34 : ES 10 – Marchampt/Claveisolles/St Cyr

10h32 : ES 11 – St Nizier/St Bonnet le Troncy/Grandris

Regroupement – 1h10 (Arnas)

Assistance – 40min (Villefranche-sur-Saône)

14h05 : ES 12 – Mont Brouilly

14h33 : ES 13 – Lantignié/Villie Morgon/Chiroubles

15h26 : ES 14 – Marchampt/Claveisolles/St Cyr

17h24 : ES 15 – St Nizier/St Bonnet le Troncy/Grandris

Regroupement – 20min (La Tour de Salvagny)

16h46 : podium final VHC (Charbonnières les Bains)

18h14 : podium final moderne (Charbonnières les Bains)

Inscription et documents divers:

Inscription sur le site de la FFSA

Fiche reconnaissances

Demande d’ouvreurs

Inscription shakedown

Renseignements assistance

Annexe et planning des reconnaissances

Liste des documents en ligne (moderne) :

Engagement

Règlement

Liste des documents en ligne (VHC)

Engagement

Règlement

Liste des documents en ligne (VHRS)

Engagement

Règlement

Commencer le rallye à 16 ans.

Votre passion pour le sport automobile arriva pendant votre adolescence ? Vous êtes impatient de monter dans une voiture de course? Ou bien votre père qui est déjà pilote vous propose une place de copilote?

Avec la FFSA, dès 16 ans, il est possible d’avoir une licence « junior », cette dernière vous permet notamment de copiloter en rallye régional ou national sans la possibilité de prendre le volant.

Afin de prendre le volant des l’âge de 18 ans, il vous faudra la licence RCC ou la NCC, ce sont les licences minimum pour participer aujourd’hui à un rallye en France, à conditions d’avoir 18 ans et son permis de conduire.

Le « jeune »copilote se doit de satisfaire à une visite médicale préalable (tout comme les adultes) afin d’être jugé apte au sport auto. Avec une licence junior, il y as pas de restrictions niveau « nombre de rallye » ou « type de voiture ».

Le rallye combien cela coûte?

Le rallye est un sport automobile à part entière. C’est un sport qui demande beaucoup de temps, d’argent et d’implication.

Vidéo YouTube ici

Avant de s’inscrire à une course et espérer truster les podiums de classes ou de victoires scratch, il faut savoir que peu de pilotes vivent de leurs passions, donc tout ceux qui espèrent faire du rallye leur métier sans passer par la case « recrutement » par un constructeur, cela va être compliqué.

Commençons, pour tout << concurrent >> désireux de pratiquer le sport auto; il faut être apte médical auprès d’un médecin (25€) et payer sa licence auprès de la fédération (400€ en moyenne). Voilà vous êtes licenciés FFSA et vous pouvez participer à des épreuves.

Une fois cette étape finie avec succès. Il vous faut acheter une combinaison aux normes obligatoires (minimum 300€), un casque (minimum 150€), système Hans (env. 300€), des sous vêtements anti feu (100€), des bottines (100€) et des gants pour le pilote (50€)

Les deux étapes citées au dessus sont OBLIGATOIRES, vous ne pouvez pas y échapper ou les contourner.

Continuons avec la course en elle-même.

Comptai dans les 400€ pour l’engagement, 150€ pour les reconnaissances, 150€ de pneus, 50€ de nourriture pour le week-end, 150€ d’essence, 150€ de frais annexes (photos, bières, frites….)

Pour le pilote, il doit être en possession d’une voiture aux normes de la FIA/FFSA. Toutes voitures n’ayant pas été « vues » par la FFSA seront recalées d’office dès le début du rallye.

Pour le budget d’une auto de course, c’est assez large. Contrairement à de l’essence pour voiture (pour faire une comparaison) qui coûte 1.50€ chez l’un et 1.80€ chez l’autre, la différence n’est pas énorme, au pire quelques centimes. Pour une voiture c’est du quit ou double voire ou triple. Comptez 5000€ à 8000€ pour une auto de base prête à courir à plus de 200000€ pour les versions les plus récents et compétitives.

Ajoutons 1000€ à 1500€ pour la remorque porte voiture, mais qui se trouve aussi à 100€ le week-end en location.

Un montant de 500€ sera aussi à débourser pour de l’outillage (caisse à outils, croix de roues, cric, chandelles, jerrican, outils de base…).

Maintenant, comme on dis, il y as plus qu’a!!

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑